Comme vous le savez peut-être déjà, Domissori a lancé le 9 juin, sa nouvelle offre dédiée aux enfants de 0 à 3 ans nommée « Je m’éveille ». L’occasion de vous faire découvrir quelques unes de nos éducatrices en or ! C’est Delphine, éducatrice Domissori en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui ouvre le bal ! Je garde des enfants depuis mes 17 ans, une vraie vocation ! Après avoir obtenu un diplôme d’éducatrice de jeunes enfants,

Blog

> ça bouge chez Domissori !

Offre « Je m'éveille » : Rencontre avec Delphine, éducatrice Domissori

Emilie Cornern / Publié le 15 juin 2021

4 min de lecture

4 min de lecture

éducatrice montessori Delphine

Partage :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email

Comme vous le savez peut-être déjà, Domissori a lancé le 9 juin, sa nouvelle offre dédiée aux enfants de 0 à 3 ans nommée « Je m’éveille ».
L’occasion de vous faire découvrir quelques unes de nos éducatrices en or !
C’est Delphine, éducatrice Domissori en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui ouvre le bal !

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Je garde des enfants depuis mes 17 ans, une vraie vocation ! Après avoir obtenu un diplôme d’éducatrice de jeunes enfants, j’ai exercé plusieurs années en crèches et me suis formée à la pédagogie Montessori pour les enfants de moins de trois ans.

J’ai ensuite décidé d’intégrer l’Institut Supérieur Maria Montessori de Lyon en 2019, pour suivre un cursus d’Éducatrice Montessori pour la Maison des Enfants (3-6 ans). Après avoir travaillé dans une école Montessori, il y a un an, j’ai intégré l’équipe de Domissori en proposant des ateliers pédagogiques au domicile des familles.

A l’avenir, je souhaite mettre mes compétences et ma passion au service de jeunes enfants grâce au développement de l’offre 0-3 ans.

Qu'aimes-tu dans ton métier ?

On apprend toujours beaucoup au contact des enfants. J’ai toujours été à l’aise avec eux car ils sont vrais, sans filtre ! On grandit autant qu’eux en participant à leur éducation. J’ai besoin que mon métier soit une passion pour moi.

Avec la pédagogie Montessori, on ne laisse pas tout faire à l’enfant comme certaines personnes ont tendance à le penser. On offre à l’enfant une liberté dans un cadre structurant pour lui. On travaille avec une certaine vision de l’enfant, on le respecte.

Pourquoi avoir choisi de travailler pour Domissori ?

On est libre, mais soutenu ! Je peux exercer mon métier avec une grande liberté grâce à la confiance qu’on m’accorde, mais je ne ressens pas la fameuse solitude de l’éducateur. J’ai une équipe dynamique qui m’entoure lorsque j’en ai besoin, ainsi que des formations riches et régulières.

J’apprends beaucoup sur la relation avec les parents, car on travaille main dans la main avec les familles.

Grâce au principe de garde partagée, on bénéficie de la mixité d’âge pendant les ateliers et on rencontre des familles d’horizons variés.

J’aime travailler pour une société qui a pour but de rendre accessible les pédagogies alternatives au plus grand nombre. La pédagogie Montessori a tellement été dénaturée ces dernières années…

Il ne faut pas oublier que Maria Montessori la destinait d’abord à des enfants pauvres et déficients mentaux !

Que penses-tu de la nouvelle offre « Je m’éveille » pour les 0-3 ans ?

Elle est parfaite pour les jeunes parents qui ont des difficultés à trouver un mode de garde. C’est difficile d’accorder sa confiance à une personne qui prendra soin de son enfant. Pourtant la confiance est le ciment de l’éducation, la base de tout !

Je me sens prête à m’investir dans cette offre, car ce principe de garde à domicile permet de travailler dans une posture de co-éducation avec les parents. On peut proposer des aménagements de l’espace pour aider l’enfant à être automne, les guider pour les activités d’éveil, mettre en avant la motricité libre…

Dans le cadre de cette garde à domicile, l’éducatrice ne s’occupe pas seulement de l’enfant, elle devient aussi une personne ressource pour les parents.

En quoi cette offre peut aider les parents selon toi ?

Les parents sont parfois perdus, ils ont besoin qu’on valorise ce qu’ils ont déjà fait et qu’on les conseille. Il y a tellement de choses simples à mettre en place, avec des objets du quotidien ou en adaptant simplement l’espace à l’enfant.

L’éducatrice peut soutenir les parents dans la communication avec leur enfant. Les aider à comprendre comment leurs peurs d’adultes peuvent être des freins dans leur éducation. J’accorde beaucoup d’importance à l’intelligence émotionnelle et à la communication non-violente. J’aime partager mes découvertes avec les familles que je suis .

Les connaissances de l’éducatrice dans le développement de l’enfant sont un vrai plus pour les parents qui ont besoin d’être rassurés sur les acquisitions de leur enfant. Chaque enfant a un rythme propre qui doit être respecté. Si l’on pouvait arrêter de les comparer entre eux ce serait merveilleux !

Quels sont les bénéfices de l’offre pour l’enfant ?

Sans hésitation, le respect de son temps ! On vit malheureusement dans une société où on n’a le temps pour rien, alors que l’enfant, lui, a besoin qu’on lui laisse le temps de faire les choses pour gagner en confiance et en estime de lui-même.

En étant gardé au domicile des parents, l’enfant va gagner en confiance en lui car il se sent en sécurité dans son cocon. C’est cette sécurité qui sera la base de ses futures explorations. Elle est primordiale !

Pour prendre soin des autres il faut aussi prendre soin de soi. Travailler avec un petit effectif d’enfant est apaisant pour moi. J’ai aussi besoin de respecter mon propre rythme, pour pouvoir donner le meilleur de moi-même aux enfants.

Quels sont tes petits plus en tant qu’éducatrice ?

Je suis passionnée de littérature enfantine. Ce virus m’a été transmis par ma mère. Il est pour moi essentiel de s’appuyer sur de beaux livres quand on travaille dans l’éducation.

Mais comme le préconise Maria Montessori, il faut que les ouvrages qu’on présente aux tout-petits soient ancrés dans la réalité. Pas d’animaux qui parlent dans un premier temps ! Je suis d’accord avec elle sur ce point. Au cours de ma carrière, j’ai vu trop d’enfants déconnectés de la réalité à cause des écrans, des jeux vidéos. Il faut que les livres permettent à l’enfant de comprendre leurs émotions et ce qu’il se passe dans leur vie.

L’éducateur doit s’adapter à ce monde où on trouve beaucoup de choix, mais il faut sélectionner avec soin ce qu’on propose à l’enfant. Il n’est pas idiot, il doit être respecté, on doit lui apporter de la qualité et de la variété. Les livres sans texte sont intéressants aussi : c’est l’enfant qui raconte l’histoire, on développe son langage.

As-tu d’autres cordes à ton arc ?

J’aime jardiner avec les enfants. C’est une activité riche et peu coûteuse ! Faire pousser des herbes aromatiques est un vrai travail d’exploration pour l’enfant, tout un processus. Un plan de tomates cerise et c’est le succès garanti !

J’accorde aussi une grande importance à l’alimentation. J’aime cuisiner avec les enfants de bonnes choses faîtes maison, pour les impliquer, leur apprendre à faire soi-même. L’éducation au goût passe par la cuisine selon moi. J’aime déconstruire le mythe de l’enfant qui n’aime pas les légumes !

Pour finir, tes mots préférés de Maria Montessori ?

Personnellement j’adore cette citation tirée du livre L’enfant :

« Le petit enfant est doué de pouvoirs inconnus, qui peuvent guider vers un avenir lumineux. Si l’on veut arriver à une reconstruction, c’est le développement du potentiel humain qui doit être le but de l’éducation ».

Un grand merci à Delphine de s’être prêtée au jeu de l’interview !

Nos derniers articles

Un CFA pionnier chez EDACADEMY

Former les éducateurs de demain

Juin 2021 : Domissori lance « Je m’éveille », son offre destinée à la garde à temps plein des 0-3 ans au domicile...

Nous suivre