Comme tout jeune parent, vous avez envie de faire les bons choix. Depuis la naissance de votre progéniture, vous voulez le meilleur pour elle, et c’est bien normal !

Au moment des premières questions concernant l’éveil de votre bambin, vous avez peut-être découvert la pédagogie Montessori.

Blog

> Montessori pour tous !

Montessori, c'est pour les riches ?

Emilie Cornern / Publié le 8 septembre 2022

7 min de lecture

7 min de lecture

Partage :

Comme tout jeune parent, vous avez envie de faire les bons choix. Depuis la naissance de votre progéniture, vous voulez le meilleur pour elle, et c’est bien normal !

Au moment des premières questions concernant l’éveil de votre bambin, vous avez peut-être découvert la pédagogie Montessori. Après quelques recherches (peut-être même quelques ouvrages achetés sur le sujet ?), vous avez découvert les grands principes de Maria Montessori. Une éducation qui respecte le développement naturel de l’enfant, laissant la part belle à l’exploration libre et aux découvertes sensorielles : « Voilà ce que je veux pour mon enfant ! ». Pour les premiers jeux d’éveil, un mobile fabriqué par vos blanches mains, un hochet ou deux en passant chez Nature et découvertes, les premiers jeux d’encastrement en cadeau d’anniversaire : budget maitrisé !

Mais au moment d’inscrire votre enfant à l’école maternelle, c’est la douche froide ! Entre 5 000 et 10 000 euros pour une année à la Maison des Enfants, l’école maternelle Montessori. Vous qui voyiez déjà votre rejeton scolarisé dans un cadre intime et bienveillant, pratiquant l’anglais et le yoga au quotidien… C’est râpé.

Pourquoi les frais de scolarité en école Montessori sont-ils si élevés ? La pédagogie Montessori est-elle élitiste ? Quelles sont les alternatives lorsqu’on a un budget limité ? Faut-il être riche pour élever son enfant dans le respect des valeurs montessoriennes ?

Le coût des écoles Montessori en France

Les écoles alternatives inspirées de la pédagogie Montessori sont de plus en plus nombreuses, même en zone rurale. Mais la grande majorité de ces écoles sont des écoles hors-contrat, c’est-à-dire qu’elles ne reçoivent aucune subvention de l’État. Les locaux, le matériel, le salaire des éducateurs sont donc financés par les frais de scolarité des familles. Et ils sont très élevés, dès l’école maternelle… Il faut compter entre 5 000 et 10 000 euros pour une année scolaire selon la région.

Peu de familles peuvent envisager sereinement d’investir entre 15 000 et 30 000 euros uniquement pour l’école maternelle de leur rejeton. On vous laisse faire le calcul en cas de fratrie avec des enfants rapprochés ! Et quand bien même on peut se le permettre financièrement, est-ce une bonne stratégie ? Ne vaudrait-il pas mieux mettre cette somme de côté pour d’éventuelles études supérieures plutôt que pour l’école maternelle ? Un vrai casse-tête pour les parents.

Mais s’il y a des écoles hors contrat, c’est bien qu’il existe des écoles sous contrat ? Il existe en effet quelques écoles Montessori sous contrat avec l’État, peu nombreuses malheureusement. Il s’agit pour la plupart d’écoles privées catholiques ayant eu la chance d’être reconnue par l’État . C’est le cas par exemple de l’école Jeanne d’Arc de Roubaix où a été tourné le film « Le Maître est l’Enfant ». Mais pour accéder à ces rares écoles sous contrat, à moins d’un gros coup de chance, il va falloir vous armer de patience car vous risquez de rester sur liste d’attente…

Pour certains parents convaincus par cette approche mais n’ayant pas le budget nécessaire, la seule solution reste l’Instruction En Famille (IEF). Mais ils se confrontent alors à d’autres difficultés, l’État ayant pour but de faire baisser le nombre d’enfants non-scolarisés en France dans les années à venir.

Le coût du matériel

Une des raisons qui expliquent le montant des frais de scolarité dans les écoles Montessori est le coût d’achat et d’entretien du matériel. Soigneusement élaboré et étalonné scientifiquement par Maria Montessori, ce matériel doit être complet pour qu’une école puisse être reconnue par l’AMI (Association Montessori Internationale). Il doit être de qualité et ne peut pas être acheté n’importe où, sous peine de devoir être renouvelé bien trop souvent ! Rien que pour l’aire du matériel sensoriel, on compte une cinquantaine d’activités différentes. Et le matériel doit aussi être complet pour l’aire de vie pratique, de mathématiques et de langage… Même si l’on choisit de faire l’école à la maison avec ses enfants, choisir la pédagogie Montessori nécessite donc un investissement financier.

Bien sûr les grandes enseignes démocratisent un peu le matériel Montessori aujourd’hui… Pour le meilleur et pour le pire ! Maria Montessori n’ayant jamais déposé son nom, n’importe qui peut aujourd’hui estampiller un produit avec le nom « Montessori ». Ce n’est donc pas un gage de qualité. On vend aujourd’hui des produits « Montessori » plus ou moins précis (quand les boutons de préhension des puzzles de géographie ne se trouvent pas sur les capitales par exemple), plus ou moins adaptés (des applications mobiles pour une pédagogie axée sur l’éducation par le toucher, on en parle ?) ou plus ou moins ridicules (des jouets en forme de chaussures en plastique « Montessori » pour apprendre à faire ses lacets, quand Maria Montessori préconisait de mettre l’enfant au contact d’objets réels…).

Bref, avec Montessori aujourd’hui, on peut vite se ruiner sans même réellement enrichir le quotidien de son enfant.

La première école Montessori créée pour les enfants défavorisés

Aujourd’hui en France, les écoles Montessori et leur matériel sont dans leur grande majorité réservées à une élite. Mais rappelons que ça n’a pas toujours été le cas et surtout que ce n’était pas le projet de Maria Montessori !

En effet Maria Montessori a créé en 1907 la première Maison des Enfants avec comme mission d’accueillir les enfants pauvres du quartier défavorisé de San Lorenzo. Il s’agissait des enfants des ouvriers immigrés embauchés pour l’expansion urbaine de la ville de Rome. Ceux-ci étaient livrés à eux-mêmes pendant que leurs parents travaillaient, jusqu’à ce qu’ils soient en âge de travailler, dès 8 ans…

« Soixante gosses peureux et larmoyants, si timides qu’on ne peut les faire parler ; visages inexpressifs aux regards hébétés comme s’ils n’avaient jamais rien vu… pauvres abandonnés qui ont poussé dans l’obscurité et le désordre des taudis, sans que rien vienne stimuler leur intelligence. Il n’est pas besoin d’être médecin pour découvrir sur eux les traces de la dénutrition et du manque d’air et de lumière. Boutons fanés avant d’avoir éclos, ils cachent leur âme dans une cellule hermétique ».

C’est ainsi que Maria Montessori décrit les écoliers de la première école Montessori… On est bien loin de l’élite n’est-ce pas ? Tout au long de sa vie, Maria Montessori a défendu les droits de l’enfant, prônant une éducation pour la paix. Mais les écoles privées d’aujourd’hui réservées aux plus riches peuvent-elles vraiment être un outil au service de la paix dans le monde ?

L’essence de la pédagogie Montessori

Et si pour enfin démocratiser la pédagogie Montessori, il suffisait de revenir à sa vraie nature ? Car avant d’être une pédagogie qui s’appuie sur du matériel, Montessori, c’est avant tout une philosophie de vie issue des grandes découvertes de Maria Montessori en psychopédagogie. Pour comprendre et utiliser des phénomènes tels que les périodes sensibles ou l’esprit absorbant de l’enfant, pas besoin de matériel ou d’école hors de prix !

« Faire du Montessori », c’est avant tout adapter sa posture au quotidien avec l’enfant : respecter son rythme (arrêtons de le harceler avec nos « viiiite ! » et autres « Dépêche-toi ! »), lui permettre d’explorer sensoriellement son environnement, favoriser son autonomie dès que possible, le considérer comme un humain à part entière.

Vous aurez beau avoir tout le matériel Montessori à la maison, si vous ne travaillez pas sur votre manière d’être avec votre enfant, que vous abordez les concepts de manière purement didactique ou pensez tout savoir et devoir tout lui apprendre, cela ne servira à rien ! N’oubliez pas que « le maître est l’enfant ! ». Votre rôle est de mettre à disposition de l’enfant un environnement adapté et sans entrave, puis de l’accompagner. Vous n’avez rien à lui enseigner. Laissez-le explorer.

Faire entrer Montessori dans les foyers

De la même manière, si votre enfant est scolarisé dans une école Montessori mais que vous n’adaptez pas votre posture à la maison, votre « investissement » ne servira à rien.

Si ses éducateurs travaillent chaque jour à rendre votre enfant autonome mais qu’à la maison vous l’habillez ou lui mettez ses chaussures vous-même, ce sera inutile. Si on lui montre à l’école qu’on a confiance en lui en lui permettant d’utiliser de la vaisselle cassable mais qu’à la maison son repas se fait uniquement dans des contenants en plastique, vous risquez de l’embrouiller.

Maria Montessori parlait d’éducation « comme une aide à la vie ». Et la vie d’un enfant ne se résume pas à la vie scolaire ! Pour réussir à mettre réellement à profit la pédagogie Montessori, il faut qu’une continuité pédagogique existe entre l’école et la maison.

Ce n’est pas toujours facile pour de jeunes parents on vous l’accorde ! Alors comment faire ?

Chez Domissori, nous pensons qu’il faut faire entrer la pédagogie Montessori dans les foyers pour améliorer notre société. Accompagner l’enfant chez lui grâce à des éducateurs formés pour l’aider à se sentir bien dans cette invention géniale qu’est l’école gratuite et obligatoire ! Soutenir les familles dans la grande aventure de la parentalité, grâce à des formations dispensées gratuitement. Profiter des temps de garde à la maison le mercredi ou après l’école pour adapter l’environnement de l’enfant et utiliser les pédagogies actives de manière ludique.

 

Et si pour conclure on vous disait que votre budget restreint n’était pas une entrave à la mise en place d’une éducation montessorienne pour votre enfant, mais plutôt une force ?

Peut-être en avez-vous fait l’expérience vous-même pendant le premier confinement avec l’école à la maison : lorsqu’on n’a pas forcément le matériel nécessaire pour enseigner, on est obligé de revoir sa posture, en laissant l’enfant plus libre, plus autonome. On est plus créatif aussi, et finalement le résultat est là ! L’enfant collabore, s’épanouit, est heureux d’apprendre par lui-même.

Chez Domissori, nous travaillons jour après jour au développement du bien-être des enfants chez eux et à l’école grâce à la pédagogie Montessori, et pourtant 90% des familles que nous accompagnons ont des revenus modestes.

Nous mettons à leur disposition des éducateurs formés et expérimentés qui interviennent à leur domicile et partagent leur vision de l’éducation avec les parents. Grâce aux aides de l’état, 80 à 100% de leur facture leur est remboursée !

Intervenir dans les foyers permet de se concentrer sur l’essentiel de la pédagogie Montessori : la posture. Créer du lien entre les éducateurs et les familles est essentiel pour développer le bien-être de l’enfant et lui donner envie d’apprendre. Si l’éducation Montessori est malheureusement devenue élitiste au fil du temps, elle ne demande aujourd’hui qu’à être démocratisée.

C’est la raison d’être de Domissori !

 

Nos derniers articles

Comment éduquer à la paix ?

Pour Maria Montessori, qui voit l’éducation « comme une aide à la vie », le but ultime de l’éducation devrait être d’atteindre...

Nous suivre