Les matins-sourire by Domissori sont des temps d’échange en ligne entre les éducatrices et les familles sur différents thèmes autour de l’éducation et de la parentalité. Comme leur nom l’indique, ils ont lieu tôt le matin sur un format court pour vous offrir une dose de motivation et de bonne humeur dès le réveil !
Le 12 avril dernier, Aude, éducatrice et formatrice Montessori, maman de 6 enfants, nous a offert ses précieux conseils concernant l’autonomie des enfants.

Blog

> Pour une parentalité éclairée

Matin sourire by Domissori : Comment aider son enfant à aller vers l'autonomie par Aude Chauvidan

Emilie Cornern / Publié le 10 Juin 2021

4 min de lecture

4 min de lecture

Partage :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email

Les matins-sourire by Domissori sont des temps d’échange en ligne entre les éducatrices et les familles sur différents thèmes autour de l’éducation et de la parentalité. Comme leur nom l’indique, ils ont lieu tôt le matin sur un format court pour vous offrir une dose de motivation et de bonne humeur dès le réveil !
Le 12 avril dernier, Aude, éducatrice et formatrice Montessori, maman de 6 enfants, nous a offert ses précieux conseils concernant l’autonomie des enfants.

L’autonomie est une notion importante et récurrente dans la pédagogie Montessori.

Il s’agit d’aider son enfant à grandir par différents moyens, comme les activités de vie pratique.

On peut mettre en place des outils à la maison au quotidien pour permettre à son enfant de développer son autonomie sereinement et pour le responsabiliser.

L’autonomie va permettre à l’enfant :

  • • d’avoir confiance en lui,
  • • de réfléchir et d’agir par lui-même,
  • • de devenir indépendant.

Voici les conseils d’Aude pour aider votre enfant sur son chemin vers l’autonomie en mettant en place des activités de vie pratique à la maison !

Ne pas se substituer à l'enfant

On pense parfois aider son enfant en intervenant et en faisant à sa place, mais la plupart du temps, cela de l’aidera pas. On envoie un message négatif à l’enfant qui va penser qu’il n’est pas en capacité de faire cette tâche lui-même. Si notre intervention n’est pas pertinente, on entrave son apprentissage.

Avant tout il faut d’abord s’assurer que l’enfant a essayé d’effectuer cette tâche seul. Si ce n’est pas le cas, on l’encourage avec des paroles. S’il n’y arrive pas, il est important de lui montrer les gestes, avec précision et lenteur. Accompagner l’enfant ne signifie pas faire à sa place.

Observer l'enfant

Les parents doivent utiliser la même méthode que les éducateurs Montessori en observant leur enfant. C’est de cette manière que vous pourrez savoir où en est votre bambin sur le chemin de l’autonomie et quelles activités lui proposer.

C’est entre 3 et 6 ans que l’enfant va le plus développer son autonomie, mais il est aussi capable de faire beaucoup de choses seul avant 3 ans. Pour savoir ce qui est à la portée de votre enfant, pas de mystère, il faut se baser sur ce que vous avez pu observer.

Patienter !

Les rythmes de l’enfant et de l’adulte ne sont pas les mêmes, nous en avons tous été témoins en tant que parents ! L’adulte, est souvent stressé par les contraintes d’horaires et a tendance à presser l’enfant (« dépêche-toi ! », « va plus vite !).

Cette tendance entre en conflit avec la quête d’autonomie de l’enfant, car il a besoin de temps pour apprendre à faire les choses seul.

Il faut donc que le parent prévoit le temps nécessaire à l’enfant en cas d’horaires à respecter, pour ne pas avoir à interférer.

Mettre en place des routines

Il ne faut pas hésiter à faire participer les tout-petits à leur toilette quotidienne, en leur faisant constater leurs besoins (des mains sales en revenant du parc par exemple).

La mise en place de routines contribue à son autonomie car l’enfant intègre ce qu’il a à faire en début et en fin de journée notamment.

Idem dans le cadre d’une activité : on installe, on joue/travaille puis on range. Le rangement fait partie intégrante de l’activité !

Ne vous découragez pas, les routines peuvent parfois être longues à mettre en place…

Aménager les espaces

  • Dans la salle de bain : si on en a la possibilité, on peut mettre un petit meuble avec une vasque et une cruche pour que l’enfant puisse se laver les mains et se débarbouiller en toute autonomie. Si ce n’est pas possible, il faut prévoir un marchepied mais attention à la sécurité de l’enfant ! On trouve aussi des tours d’apprentissages pour autonomiser l’enfant en toute confiance.
  • Dans la cuisine : il faut penser à mettre les objets à hauteur de l’enfant. Il peut par exemple apprendre à mettre la table seul si les couverts, assiettes et verres sont à sa portée. Vider le lave-vaisselle est aussi une tâche possible pour le jeune enfant. Il est important de lui permettre de réaliser de vrais travaux du quotidien à la maison. C’est très valorisant pour lui de lui donner des responsabilités.
  • Dans la salle à manger : idéalement dans la pédagogie Montessori l’enfant devrait pouvoir manger sur une table à sa hauteur. Si ce n’est pas possible chez vous, prévoyez une chaise évolutive sur laquelle l’enfant peut s’assoir seul.
  • Dans la chambre : à partir de 18 mois, l’enfant peut commencer à apprendre à s’habiller seul. Là encore, la patience est de rigueur pour les parents !

Miser sur l’auto-correction dans les activités

Un des grands principes du matériel Montessori est l’auto-correction. L’enfant ne doit pas avoir besoin de l’adulte pour comprendre ses erreurs. Cette caractéristique est très importante pour permettre le développement de l’autonomie.

Dans le quotidien à la maison, on peut aussi compter sur l’auto-correction : si l’enfant oublie les verres en mettant la table, il s’en rendra compte au moment de boire, nul besoin de le lui signaler. S’il enfile son pantalon à l’envers, il verra qu’il ne peut pas le fermer. S’il enfile son t-shirt à l’envers et que cela ne le dérange pas, on peut juste lui faire voir l’étiquette qui doit être dans le dos.

Vous l’aurez compris, l’acquisition de l’autonomie de l’enfant ne peut être possible sans compromis de la part des parents ! Le maître mot est la patience ! L’adulte doit comprendre qu’il doit être un support mais que son intervention ne doit pas être supérieure à celle de l’enfant.

N’oubliez pas de faire confiance à votre enfant, et restez sereins !

Nos derniers articles

Un CFA pionnier chez EDACADEMY

Former les éducateurs de demain

Juin 2021 : Domissori lance « Je m’éveille », son offre destinée à la garde à temps plein des 0-3 ans au domicile...

Nous suivre