On a souvent tendance à associer la pédagogie Montessori à l’école maternelle, à tord ! Saviez-vous que Maria Montessori avait imaginé un plan d’éducation allant jusqu’à l’âge de 24 ans ? Domissori retrace pour vous les grands principes d’une éducation montessorienne au fil des âges. Pour Maria Montessori, l’éducation commence dès la naissance : le bébé absorbe déjà les gestes et le langage de ses parents (la fameuse « langue maternelle »). Votre bébé regarde avec de grands yeux les mouvements de votre bouche lorsque vous lui parlez, puis commence à babiller pour vous imiter ? Il se prépare déjà à parler !

Blog

> Montessori pour tous !

Grandir avec Montessori

Emilie Cornern / Publié le 03 juin 2021

4 min de lecture

4 min de lecture

plantation-de-fleur-grandir-avec-Montessori

Partage :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email

On a souvent tendance à associer la pédagogie Montessori à l’école maternelle, à tord ! Saviez-vous que Maria Montessori avait imaginé un plan d’éducation allant jusqu’à l’âge de 24 ans ? Domissori retrace pour vous les grands principes d’une éducation montessorienne au fil des âges.

Pour Maria Montessori, l’éducation commence dès la naissance : le bébé absorbe déjà les gestes et le langage de ses parents (la fameuse « langue maternelle »). Votre bébé regarde avec de grands yeux les mouvements de votre bouche lorsque vous lui parlez, puis commence à babiller pour vous imiter ? Il se prépare déjà à parler !

Dès les premiers mois de votre enfant, la pédagogie Montessori peut être une précieuse alliée pour accompagner le développement de votre enfant, étape par étape.

Le Nido

La première partie de la « crèche » Montessori accueille le bébé de 2 mois à 15 mois environ. Dans ce « nid » douillet, rien ne doit être laissé au hasard pour pouvoir assurer la sécurité affective de l’enfant et respecter son développement naturel.
Il est structuré de manière à accueillir le besoin d’ordre du tout petit avec des aires distinctes.

L’aire du mouvement est conçue avec des matelas au sol permettant la motricité libre, un miroir pour que l’enfant puisse prendre conscience de son corps, une barre de bracchiation pour lui apprendre à se mettre debout, des anneaux et hochets pour lui permettre de développer sa préhension

Pour permettre au bébé d’appréhender les différents moments de la journée, on distingue aussi une aire du sommeil (point de lit à barreaux, uniquement des lits au sol !), une aire du change et une aire du repas. Et déjà une première bibliothèque en guise d’aire de langage. Eh oui ! Les bébés dévorent déjà des livres (parfois même littéralement, mais c’est un autre sujet…).

Lorsque l’enfant sait marcher de manière assurée, a prononcé ses premiers mots intentionnels et est capable de transporter des choses, il est prêt pour le niveau supérieur !

La Communauté Enfantine

On y accueille l’enfant à partir de la marche assurée (15 mois environ) et jusqu’à ses 3 ans.

L’enfant doit y retrouver ses repères avec les aires de change, de sommeil et de repas. La nouveauté est l’introduction de l’aire de vie pratique (que l’enfant retrouvera à l’école maternelle) et les activité de préparation de la nourriture : le bambin ayant atteint l’âge du « moi tout seul ! », on lui donne l’opportunité de s’exercer avec de vrais objets de la vie quotidienne.

L’aire du langage est étoffée, pour pouvoir permettre l’explosion du langage oral vers 2 ans.

Le change s’effectue debout pour que l’enfant puisse coopérer et donc aller vers la propreté, et le repas devient un temps social (quoiqu’un peu salissant ! ).

La Maison des Enfants

C’est la partie la plus connue de la pédagogie Montessori, qui correspond à l’école maternelle (3-6 ans).

La classe, appelée ici ambiance, est divisé en 4 aires distinctes : l’aire du langage, l’aire de vie pratique, l’aire du matériel sensoriel et l’aire des mathématiques.

Au programme : libre-choix des activitésliberté de mouvement et autonomie, tout en respectant le rythme de chacun. La classe est une véritable petite fourmilière où chacun vaque à ses occupations !

Le matériel est disponible en un unique exemplaire, que l’enfant est libre de choisir une fois que l’éducateur le lui a présenté, autant de fois qu’il le voudra. L’enfant répète inlassablement la même activité ? Tant mieux ! C’est ce phénomène appelé « polarisation de l’attention » par la célèbre pédagogue qui va permettre à l’enfant de se construire.

Qu’il s’agisse de comprendre des phénomènes scientifiques, la loi de la division ou d’apprendre à écrire, ici tout passe par le mouvement et par les sens. C’est en manipulant du matériel concret que l’enfant pourra un jour passer à l’abstrait.

Des temps collectifs (lecture, chants, danses…) sont aussi organisés quotidiennement autour d’une ellipse tracée au sol.

La classe élémentaire

Entre 6 et 12 ans, l’enfant est dans une phase de construction sociale. Exit les petites tables individuelles ! Les grandes tables permettent aux enfants de travailler en groupe.

L’année scolaire commence avec les « grands récits » racontés par l’éducateur en début d’année. Ces histoires (l’apparition de la vie, l’invention de l’écriture…) replace l’enfant dans l’histoire de l’humanité. Il part ensuite à l’exploration du monde tel un véritable petit chercheur… Plus il se questionne, plus il apprend et surtout plus il retient les choses !

L’école élémentaire doit aussi être un lieu démocratique car les notions d’équité et de justice sont primordiales à cet âge. L’éducateur doit mettre en place des moments de dialogue qui donne à l’enfant la possibilité d’acquérir les codes de la résolution de conflit.

Enfin la classe ne suffit plus à nourrir la curiosité de l’enfant : il a besoin de découvrir le monde en multipliant les sorties scolaires.

Le collège/lycée (12-18 ans)

Du mal à communiquer avec votre ado ? C’est normal selon Maria Montessori. L’adolescence correspond à nouveau à une période de construction intense qui le rend plus fragile.

Maria Montessori formule pour cette tranche d’âge une proposition complète qu’elle nomme « Erdkinder« , littéralement « les enfants à la terre ».

Il s’agit d’un internat à la campagne. N’en déplaise aux mamans poules, l’adolescent a besoin d’apprendre à vivre en société et de trouver des mentors qui ne soient pas ses parents ! La nature environnante permet de lui offrir une vie saine et apaisée.

En guise de collège/lycée, c’est une véritable micro-société qui va accueillir l’adolescent avec pour but de le responsabiliser. Élevage, commerce, économie… Chacun doit y trouver sa place.

L’université (18-24 ans)

Selon Maria Montessori, l’individu achève son développement à l’âge de 24 ans, ce qui inclut donc les années « post bac » dans sa vision de l’éducation.

Pour elle, l’université devrait être un lieu commun d’élaboration de la pensée plutôt que de scinder les disciplines à outrance. Les années universitaires devraient servir la vie et donc aider à l’amélioration de la société.
Elle insiste sur la valeur du travail rémunéré pour libérer le jeune adulte, même étudiant, de la dépendance financière.

En guise de diplôme de fin d’étude, elle propose un « examen de conscience » qui prouverait que la personne sait qui elle est et ce qu’elle veut. Après avoir suivi le cursus d’études imaginé par Maria Montessori, le jeune adulte devrait être un individu bien dans ses baskets, capable de trouver sa « tâche cosmique » : pour Maria Montessori, chacun d’entre nous a une mission de vie qui l’attend…

Nos derniers articles

Un CFA pionnier chez EDACADEMY

Former les éducateurs de demain

Juin 2021 : Domissori lance « Je m’éveille », son offre destinée à la garde à temps plein des 0-3 ans au domicile...

Nous suivre